Prix Excell sans2013 Logo

Mur de refend

Lorsqu'un mur à colombages est doté d'un revêtement intermédiaire structural fait de contreplaqué, de panneau en OSB ou de planches en bois posées en diagonale, on obtient un élément rigide pouvant être utilisé comme système de contreventement du bâtiment. Il agit alors comme mur de refend (shear wall) pour transférer des charges latérales de vent et des charges sismiques jusqu'à la fondation. Sa capacité en tant que mur de refend dépend du type et du nombre de clous utilisés pour fixer le revêtement intermédiaire, de son ancrage à la base du mur ainsi que de l'essence de bois utilisé pour les colombages. De plus, un mur de refend doit avoir au maximum un ratio géométrique hauteur/largeur de 3,5:1 (si des entremises sont utilisées aux joints des panneaux) ou de 2:1 si le mur ne comporte aucune entremise.

 

Les méthodes de calcul d'un mur de refend sont décrites au chapitre 9 de la norme CSA O86. En plus de résister aux efforts internes de cisaillement et à la déformation, le mur de refend doit être adéquatement ancré à sa base pour résister aux forces de glissement et de soulèvement (figure 1). Les charges permanentes pondérées appliquées au haut du mur, telle que la charge permanente du plancher, peuvent aider à empêcher le renversement. Cependant, si ces charges ne suffisent pas, des dispositifs d'ancrage doivent être conçus pour résister à ces forces de soulèvement et les transférer jusqu'à la fondation par un cheminement continu des charges. Tel qu'expliqué dans la norme de calcul, cette retenue au renversement peut être fournie par l'utilisation d'ancrages de retenue verticale fixés aux montants d'extrémité du segment de mur de refend ou d'ancrages fixés à la lisse à moins de 300 mm (12'') des deux extrémités du segment de mur de refend (figure 2). Cette dernière option comporte toutefois certaines limites et une diminution de la résistance en cisaillement du mur de refend doit être appliquée par le coefficient d'ancrage de retenue (Jhd), récemment introduit dans la version 2001 de la norme CSA O86. Les versions antérieures de la norme ne dictaient aucune ligne directrice sur l'effet des ancrages contre le soulèvement, mais présumait tout de même que les membrures aux extrémités des murs de refend étaient ancrées "convenablement" aux fondations à l'aide de dispositifs quelconques. La récente norme 2009 apporte des précisions supplémentaires à ce sujet et offre au concepteur différentes alternatives.

 

Figure 1 : Description d'un mur de refend

Figure 2 : Dispositifs d'ancrage

 

Par ailleurs, la grande majorité des fabricants de composants structuraux offrent la possibilité d'utiliser du bois classé mécaniquement (MSR) pour la composition de murs préfabriqués (colombages, lisse et sablières). L'utilisation de bois MSR procure une meilleure résistance latérale pour les murs de refend permettant d'augmenter la valeur du coefficient relatif à l'essence pour les matériaux d'ossature (Jsp) tel qu'indiqué au tableau 9.4.3 de la norme de calcul CSA O86. À titre d'exemple, un mur de refend construit avec des colombages en bois classé visuellement du groupe E-P-S doit utiliser un coefficient Jsp de 0,8 alors que ce dernier peut augmenter à 0,9 si le mur de refend est construit en bois MSR 2100Fb-1.8E et pouvant même atteindre 1,0 pour le bois MSR 2400Fb-2.0E (gain de résistance latérale considérable).

 

 

 

Catalogue des systèmes d'ancrages verticaux ATS de Simpson Strong Tie (PDF)
Catalogue des systèmes d'ancrages verticaux Earthbound (PDF)